Genève pour le Bien Commun
Sauver des vies en médecine

Sauver des vies dès la première année de médecine :

des étudiant·e·s s’engagent comme premier·ère·s répondant·e·s aux côtés de Save a Life

Sauver des vies dès la première année de médecine

Vous marchez dans la rue quand soudain, l’homme qui fumait tranquillement sa cigarette devant vous s’écroule face contre terre. Mince. Que faire ? Le cours de premier secours que vous avez suivi remonte à si longtemps, les numéros d’urgence se ressemblent tous et dans le stress, tout se mélange. Qui n’a jamais craint de se retrouver face à une situation pareille ?

Contexte actuel

À Genève, ce sont 400 arrêts cardio-respiratoires (ACR) qui se produisent chaque année, soit plus d’un par jour. Moins de la moitié des victimes bénéficie d’un massage cardiaque. Sans massage cardiaque, les chances de survie diminuent de 10 % par minute. Le réseau de premier·ère·s répondant·e·s Save à Life a été créé en 2019 et est composé de volontaires (professionnel·le·s de la santé ou non) en possession d’un diplôme BLS-AED (Basic Life Support). Le 144 alarme les premier·ère·s répondant·e·s pour intervenir sur des ACR identifiés à proximité afin de prodiguer les mesures de réanimation en attendant l’arrivée des secours professionnels. L’efficacité de ce type de réseau dépend donc principalement du nombre de premier·ère·s répondant·e·s disponibles et de leur localisation.

Les étudiant·e·s en médecine s’engagent comme premier·ère·s répondant·e·s

Afin d’augmenter le nombre de premier·ère·s répondant·e·s, des étudiant·e·s en fin de formation ont élaboré un processus de certification. Celui-ci vise à permettre à leurs collègues de première année de devenir premier·ère·s répondant·e·s. Le processus proposé devait être bref afin de ne pas alourdir leur première année. La réussite de ces deux étapes leur offrait un diplôme BLS-AED. Ce diplôme leur permettait de s’inscrire en tant que premier·ère·s répondant·e·s auprès de Save a Life. Finalement, ce processus a permis de recruter 48 nouveaux premier·ère·s répondant·e·s parmi les étudiant·e·s en médecine de première année. Le processus et les résultats détaillés ont été publiés dans le Journal of Medical Internet Research, une revue scientifique internationale « peer reviewed » en accès libre (https://www.jmir.org/2022/5/e38508/).

Un étudiant en médecine participe à sauver une vie

Un étudiant, témoigne peu de temps après son cours. Il a été alarmé par le réseau Save a Life et a pu mettre ses connaissances à profit pendant une réanimation en tant que premier répondant : “j’ai pu mettre en oeuvre les gestes optimaux pour un ACR dimanche passé. Je suis arrivé sur les lieux en premier et ai tout de suite su quoi faire. Je me suis senti compétent et efficace grâce à la formation qui était en l’occurrence encore bien fraîche dans ma tête. Après avoir été rejoint par une médecin puis un autre bénévole, le SMUR et l’équipe ambulancière ont pu prendre le relais et obtenir finalement un pouls et une respiration spontanée. Cette bonne nouvelle fut gratifiante et riche en émotions. Je suis convaincu et déterminé que ces gestes doivent être enseignés au plus grand nombre”.

Premiers secours pour tous, la clef pour sauver plus de vies

La formation des étudiant·e·s aux mesures de réanimation initiales avec l’introduction d’un cours de réanimation obligatoire dès la 1ère année pourrait présenter non seulement un impact majeur en termes de santé publique mais aussi le premier pas vers une généralisation de l’apprentissage de ces gestes de premier secours à la population générale.

Lien vers l’association des étudiant·e·s en médecine

logo CASU 144
Ville de Genève

La Ville de Genève s’engage aux côtés de Save a Life

La Ville de Genève signe un partenariat avec le réseau Save a Life

La Commune et Swiss Emergency Responders Association (SERA) ont signé une convention de partenariat concernant le projet Save a Life.

Chaque année, 400 personnes sont victimes d’un arrêt cardio-respiratoire (ACR) à Genève. En moyenne, il  faut compter dix minutes avant l’arrivée des secours ; or chaque minute passée sans massage cardiaque diminue de 10 à 12 % les chances de survie. Malheureusement, il est rare que des témoins entament une réanimation cardiaque avant l’arrivée des secours, le plus souvent par peur de mal faire. Des gestes simples, à la portée de toutes et tous, permettent pourtant de sauver des vies.

Un réseau pour sauver des vies

C’est pour améliorer cette situation que SERA a inauguré, en 2019, le projet Save a Life : un réseau de premier·ière·s répondant·e·s formé·e·s pour agir en cas d’arrêt cardiaque et alarmé·e·s par le 144 grâce à l’application pour smartphone Save a Life. Cette dernière permet de définir quels sont les premier·ière·s répondant·e·s les plus proches de la victime et ainsi de garantir une intervention rapide. Des défibrillateurs sont également répertoriés sur la cartographie de l’État de Genève et disponibles via l’application.

Un nouveau partenaire de taille

La Ville de Genève comporte la plus forte densité de population du canton et plus de 40 % des interventions Save a Life ont lieu sur son territoire. Par ailleurs, la commune est l’un des plus importants employeurs du canton. Ce nouveau partenariat devrait ainsi permettre d’augmenter significativement le nombre de premier·ère·s répondant·e·s au sein du réseau Save a Life, en permettant aux employé·e·s de la Ville d’intégrer le réseau et de répondre aux alarmes durant leur temps de travail, sous certaines conditions. Le partenariat permettra également de répertorier les défibrillateurs de la Ville de Genève sur la cartographie officielle du Canton. Cette cartographie des défibrillateurs est accessible par les centrales d’urgence et l’application Save a Life. SERA et la Ville de Genève se réjouissent donc de la mise en œuvre de ce partenariat, qui devrait contribuer à augmenter la rapidité de prise en charge des victimes d’arrêt cardiaque à Genève et sauver plus de vies.

A propos de Save a Life

Save a Life compte aujourd’hui près de 2’000 premier·ère·s répondant∙e·s inscrit∙e·s sur l’application dans le Canton de Genève. En 2021, dans 76.5 % des interventions pour arrêt cardiaque, un·e premier·ère répondant·e était présent·e sur site. En moyenne, le réseau de premier·ère·s répondant·e·s de Save a Life est alerté 13 fois par mois.

Logo Fondation Valery
Logo Fondation Valery

La fondation Valery soutien Save a Life

La Fondation Valery soutient Save a Life

Nous sommes heureux de pouvoir compter la Fondation Valery comme précieux soutien au réseau de premiers répondants Save a Life.

Le réseau Save a Life est alarmé par la centrale 144 en cas d’arrêt cardiaque. Les bénévoles formés aux gestes de réanimation cardiaque interviennent pour prodiguer des gestes de secours et une défibrillation précoce.

En 2021, nous sommes intervenus 162 fois aux côtés des professionnels de l’urgence. Les premiers répondants interviennent en médiane en 5 minutes et 4 secondes après le déclenchement de l’alarme par la central 144.

Vous aussi engagez-vous à nos côtés en cliquant ici.

Voici une présentation de la Fondation Valery :

Les origines de notre fondation

La fondation est née du lègue de son fondateur Mr. feu Arsan Valery qui donna son nom à la fondation. Cette dernière est son héritage à la terre qu’il foulait autrefois et une prolongation de ses valeurs qui subsistent ainsi au-delà de son vivant. La fondation lui rend hommage et l’honore en continuant le combat qu’il avait alors commencé.

Qui sommes-nous ?

La Fondation Valery est une fondation suisse à but non lucratif. Son but est, exclusivement de manière charitable et dans l’intérêt général, d’œuvrer pour la protection de l’environnement et promouvoir les valeurs écologiques, les énergies renouvelables, la santé au sens large du terme et l’éducation ou la recherche relative aux points précédents.  Elle a été constituée le 23.03.2018 et est exonérée de certains impôts par les autorités fiscales vaudoises.

Notre vision

La fondation  Valery souhaite apporter un vent de fraîcheur dans l’univers de la philanthropie en favorisant l’innovation et la créativité comme axe de lutte des problématiques abordées. Elle se veut un catalyseur de projets locaux, favorisant ceux à fort impact ou pouvant servir d’exemple de par leur aspect novateur.

 

Le réseau Save a Life

Pulsations magazine parle de Save a Life

Le magazine Pulsations des Hôpitaux Universitaires de Genève – HUG a dédié un article au réseau des premiers répondants Save a Life dans sa dernière édition de janvier – mars 2022.

L’article s’intitule : « Répondants pour la vie »

« Pas moins de 1’500 bénévoles sont mobilisables pour pratiquer une réanimation cardiaque en attendant l’arrivée des secours. Ce réseau, mis en place en 2019, a fait ses preuves. »

Le réseau des premiers répondants est alarmé par la Centrale Urgences-Santé 144 du Canton de Genève en cas de suspicion d’arrêt cardiaque. Ces bénévoles formées aux gestes de réanimation cardiaque interviennent en médiane 5 minutes et 4 secondes suivant l’alarme du réseau Save a Life par la centrale 144. Ils sont intervenus 162 fois en 2021 et ont répondus à plus de 75% des alarmes émises par la centrale 144.

Grâce à une cartographie cantonale des défibrillateurs, les premiers répondants peuvent trouver l’appareil le plus proche d’eux via l’application Save a Life.

https://savealife.app/dae/index

Vous pouvez accéder au contenu de l’article via le lien suivant : https://pulsations.hug.ch/article/repondants-pour-la-vie

Merci à la journaliste Esther Rich pour son texte.

 

Vous voulez vous engager à nos côtés ? N’hésitez pas à devenir membre ou premier répondant. Plus d’informations en cliquant ici.

réseau Save a Life

Massage cardiaque – Image Pulsation magazine HUG

collecte de Noël

collecte de noël

Save a Life lance sa première campagne pour la collecte de Noël en faveur du réseau des premier·ière·s!
Save a Life est financé à 85% par des dons institutionnels privés et nous souhaitons aujourd’hui diversifier les sources de revenus de notre association.

Chaque jour, jusqu’au 19 décembre, nos Ambassadeur·rice·s vont donner de leur temps et de leur énergie pour nous aider ! Ils et elles doivent tenter de lever, auprès de leur entourage, les montants qu’il·elle·s se sont fixés. Leur soutien est aujourd’hui plus que précieux. Nous allons accompagner et soutenir tous et toutes avant, pendant et après la campagne. Nous offrirons des cadeaux aux plus motivé·e·s et à celles et ceux qui collecteront le plus de dons.

Quel que soit le montant levé, les actions de nos Ambassadeurs·rice ·s contribueront à accroître la notoriété de Save a Life auprès du grand public genevois. Et chaque don, aussi modeste soit-il, apporte sa pierre à l’édifice et contribuera à sauver des vies grâce à l’action des premier·ière·s répondant·e·s !

Nous souhaitons une bonne réussite à celle et ceux qui ont été prêt·e·s à nous prêter main forte !

Si vous souhaitez devenir ambassadeur·rice : Il n’est pas trop tard. Il est encore temps de nous rejoindre via ce formulaire.

Si vous souhaitez participer à la collecte de Noël en faisant un don cliquez ici !