C’est officiel! Save a Life sera l’hôte d’honneur de la 46ème édition de la Course de l‘Escalade les 7-8 décembre 2024. Une belle reconnaissance pour les 2’000 First Responders du canton.

Lors de l’Assemblée générale du 6 mai 2024, la dissolution de Swiss Emergency Responders Association a été actée.

Lorsqu‘un arrêt cardiaque survient, le réseau des First Responders est alerté par le 144 grâce à l’application mobile Save a Life. Nous sommes aujourd’hui plus de 2’000 citoyens genevois à être mobilisés dans le canton de Genève. Rejoins-nous!

flashmob balexert World Restart a Heart Day
Genève pour le Bien Commun
Sauver des vies en médecine

Sauver des vies dès la première année de médecine :

des étudiant·e·s s’engagent comme premier·ère·s répondant·e·s aux côtés de Save a Life

Sauver des vies dès la première année de médecine

Vous marchez dans la rue quand soudain, l’homme qui fumait tranquillement sa cigarette devant vous s’écroule face contre terre. Mince. Que faire ? Le cours de premier secours que vous avez suivi remonte à si longtemps, les numéros d’urgence se ressemblent tous et dans le stress, tout se mélange. Qui n’a jamais craint de se retrouver face à une situation pareille ?

Contexte actuel

À Genève, ce sont 400 arrêts cardio-respiratoires (ACR) qui se produisent chaque année, soit plus d’un par jour. Moins de la moitié des victimes bénéficie d’un massage cardiaque. Sans massage cardiaque, les chances de survie diminuent de 10 % par minute. Le réseau de premier·ère·s répondant·e·s Save à Life a été créé en 2019 et est composé de volontaires (professionnel·le·s de la santé ou non) en possession d’un diplôme BLS-AED (Basic Life Support). Le 144 alarme les premier·ère·s répondant·e·s pour intervenir sur des ACR identifiés à proximité afin de prodiguer les mesures de réanimation en attendant l’arrivée des secours professionnels. L’efficacité de ce type de réseau dépend donc principalement du nombre de premier·ère·s répondant·e·s disponibles et de leur localisation.

Les étudiant·e·s en médecine s’engagent comme premier·ère·s répondant·e·s

Afin d’augmenter le nombre de premier·ère·s répondant·e·s, des étudiant·e·s en fin de formation ont élaboré un processus de certification. Celui-ci vise à permettre à leurs collègues de première année de devenir premier·ère·s répondant·e·s. Le processus proposé devait être bref afin de ne pas alourdir leur première année. La réussite de ces deux étapes leur offrait un diplôme BLS-AED. Ce diplôme leur permettait de s’inscrire en tant que premier·ère·s répondant·e·s auprès de Save a Life. Finalement, ce processus a permis de recruter 48 nouveaux premier·ère·s répondant·e·s parmi les étudiant·e·s en médecine de première année. Le processus et les résultats détaillés ont été publiés dans le Journal of Medical Internet Research, une revue scientifique internationale « peer reviewed » en accès libre (https://www.jmir.org/2022/5/e38508/).

Un étudiant en médecine participe à sauver une vie

Un étudiant, témoigne peu de temps après son cours. Il a été alarmé par le réseau Save a Life et a pu mettre ses connaissances à profit pendant une réanimation en tant que premier répondant : “j’ai pu mettre en oeuvre les gestes optimaux pour un ACR dimanche passé. Je suis arrivé sur les lieux en premier et ai tout de suite su quoi faire. Je me suis senti compétent et efficace grâce à la formation qui était en l’occurrence encore bien fraîche dans ma tête. Après avoir été rejoint par une médecin puis un autre bénévole, le SMUR et l’équipe ambulancière ont pu prendre le relais et obtenir finalement un pouls et une respiration spontanée. Cette bonne nouvelle fut gratifiante et riche en émotions. Je suis convaincu et déterminé que ces gestes doivent être enseignés au plus grand nombre”.

Premiers secours pour tous, la clef pour sauver plus de vies

La formation des étudiant·e·s aux mesures de réanimation initiales avec l’introduction d’un cours de réanimation obligatoire dès la 1ère année pourrait présenter non seulement un impact majeur en termes de santé publique mais aussi le premier pas vers une généralisation de l’apprentissage de ces gestes de premier secours à la population générale.

Lien vers l’association des étudiant·e·s en médecine